DENIS JACQUET un entrepreneur engagé pour les entrepreneurs. Des entrepreneurs engagés pour la refondation de la société. Une société plus cohérente par l’inclusion de tous via l’entreprise.

Défendre l’entreprise est une passion à temps plein. Porter à bout de bras le flambeau de l’entrepreneuriat devrait être d’utilité publique, au même titre que la solidarité nationale qui s’exprime par la sécurité sociale, l’éducation ou le soutien de ceux qui perdent leur emploi. Non seulement l’entreprise est un des derniers terrains de liberté,  « le seul esclavage encore choisit », mais elle est l’expression de la libération de l’individu, de sa volonté responsable de prendre son destin en main et l’aboutissement de siècles de lutte pour la liberté.

L’Etat devrait donc rendre l’entrepreneuriat d’utilité publique, la population devrait la soutenir sans réserve quand sa création de richesse enrichit ceux qui y contribue, sa défense et sa promotion devrait être naturelle, de l’école jusqu’au porte des grandes entreprises. Les entrepreneurs français quant à eux devrait cesser de se sous évaluer et prendre un pouvoir auquel ils sont soumis sans jamais y participer.

L’entreprise, la PME de croissance, est à elle seule l’organisme naturel d’une société. Elle nourrit l’emploi, digère les dérives du système, sert de vache à lait à tous ceux qui ne se souviennent de son existence que pour mieux la piller, secrète les anti corps de notre société en en corrigeant les erreurs, apporte aux os de la croissance la seule source de calcium encore possible. « Nations si vous voulez grandir mettez la PME à tous les repas ». Elle est à l’économie ce que le bio pourrait être à l’alimentation : Naturelle, Forte valeur ajoutée, Protéines, Croissance et Renforcement de l’organisme.

DENIS JACQUET espère par diverses actions et un activisme chronique participer à la vie de cet organisme et surtout à sa reconnaissance, avec le détachement nécessaire qui permet de garder la fraîcheur et éviter le culte de la personnalité qui caractérise tant de ceux qui le font pour eux et non pour la société. Aimons nos entreprises, mais d’un amour qui ne soit pas à sens unique, l’entrepreneur que nous aimons construit et alimente la société et pas son seul appêtit. La cohésion permet l’équilibre et l’équilibre constitue l’atout majeur de l’athlète.



DENIS JACQUET est né dans l’Orne et fait ses études à Flers. Un sportif qui fit briller l’Orne en devenant le meilleur performer sur 3.000m en 1979 et en rejoignant l’équipe de France d’Athlétisme ensuite.

Après une classe préparatoire à Caen, il intègre la prestigieuse HEC, dont il sort en 1989, puis rejoint le Cabinet Baker and Mac Kenzie, dirigé à l’époque par Christine Lagarde (l’actuelle directrice du FMI).

En 1993, DENIS JACQUET crée sa première entreprise et la revend en 1997 pour reprendre une société normande en grande difficulté, Educatel. Au prix d’un redressement judiciaire inévitable, étant donné la situation de l’entreprise, il la redresse et la fait reprendre par un acteur du monde de l’éducation, sauvant ainsi 200 emplois. Il devient le pionnier de l’éducation via internet en France et développe sa société dans plus de 8 pays à travers le monde. Il passe ainsi 4 années au Maroc et 3 aux USA.

De retour en France, DENIS JACQUET y développe son entreprise et crée en parallèle Parrainer la Croissance, qui devient en moins de 3 ans la plus importante association de PME de croissance. Avec près de 2.000 entreprises, Parrainer la Croissance est devenue à la fois un réseau qui aide les entreprises à croître, y croire et s’internationaliser, avec des résultats impressionnants. Mais c’est aussi un producteur d’idées nouvelles donnant du sens à la croissance, à une croissance durable, mieux partagée, qui ressoude la société et donne à chacun la reconnaissance qu’il mérite.
« Nous cherchons l’équilibre. Entre les seniors et les jeunes. Entre les dirigeants, les actionnaires et les salariés. Nous voulons donner un sens nouveau à la réussite et y entraîner toute la société et non quelques uns. »

Denis Jacquet est père de 4 enfants. Toujours sportif, il pratique la boxe, la natation et la course à pied.

DENIS JACQUET est administrateur du 1er groupement d’employeur Parisien, Gemploi, qui permet à des entreprises d’employer des chômeurs à temps partagé. Notamment des jeunes et des seniors.
Il est fondateur et dirigeant de 2 entreprises sur internet, Edufactory et Yatedo, qui connaissent un parcours de croissance forte.

DENIS JACQUET est également vice-Président de CESAM qui envoie dans les pays du Maghreb des seniors, afin d’aider les entreprises et institutions à s’étoffer et à monter en compétence. Il soutient activement l’entrepreneuriat social, notamment Ashoka, mais aussi Nos Quartiers ont du Talent.

Il milite pour rendre l’écologie universelle et éviter qu’elle soit cantonnée à gauche, car elle nous concerne tous. Mais en tenant compte des réalités et du temps nécessaire pour la mettre en oeuvre, sans pénaliser les acteurs en place et la compétitivité de notre pays.
Enfin, il a travaillé via Parrainer la Croissance, et dès lors de façon non partisane, à la rédaction du programme PME de l’UMP et particulièrement de l’équipe de Nicolas Sarkozy qui l’a reçu à l’Elysée, à celui de l’équipe PME du PS. Mais aussi du programme de Dominique de Villepin, Hervé Morin et Jean Louis Borloo. Afin d’expliquer aux politiques ce qui est nécessaire pour réussir une politique PME qui fonctionne.

Très concerné par les questions liées à la ruralité, DENIS JACQUET a monté un groupe de travail autour de divers problèmes, tels ceux liés au statut des agriculteurs à la retraite, à l’accès au crédit, à l’impact de la concurrence déloyale sur les agriculteurs français. Une réflexion qui s’articule aussi autour de la révision de la politique Européenne en faveur de nos agriculteurs et de la façon de les aider à relever le défi de l’alimentation mondiale ainsi que des évolutions vers une agriculture permettant de répondre au souhait de meilleure alimentation d’une partie croissante de la population.

DENIS JACQUET a décidé de se présenter aux élections législatives 2012, désespéré par le vide des propositions de la plupart des candidats et l’absence de vision des politiques.
Il a décidé de faire de la politique comme on devrait la faire, non pour soi mais pour la collectivité.
Son statut d’entrepreneur, lui permet de ne pas attendre après un fromage que se créent et se gardent jalousement nombre d’élus une fois qu’ils l’ont conquis. Il pense que nous devrions tous, prendre le pouvoir et montrer, en tant que citoyens, ce que nous ferions si nous étions à leur place. Et le faire.
C’est le sens de son engagement.