ETIENNE KLEIN est un philosophe des sciences français. Il dirige le « Laboratoire de recherche sur les sciences de la matière » du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) à Saclay tout en menant une intense carrière de vulgarisation autour des questions soulevées par la physique contemporaine, notamment par la physique quantique et la physique des particules.

Étienne Klein poursuit ses études au lycée Louis-le-Grand puis à l'École centrale Paris dont il obtient le diplôme d'ingénieur en 1981. Il obtient un DEA en physique théorique de l'Université Paris-Sud en 1982, un doctorat en philosophie des sciences de l'Université Paris-Diderot en 1999 et l'habilitation à diriger des recherches (HDR) en 20062.

Il fait en 1981 un stage d'été au CERN : c'est à cette occasion que naît son goût pour la physique, son histoire et ses prolongements philosophiques. Il entre au Commissariat à l'Énergie Atomique en 1983.

ETIENNE KLEIN participe à plusieurs grands projets, notamment à la mise au point de la séparation isotopique par laser et à la conception d'un accélérateur à cavités supraconductrices pour électrons. Détaché au CERN pendant deux ans, entre 1992 et 1994, il participe comme ingénieur à la conception du grand collisionneur de particules européen, le Grand collisionneur de hadrons (Large Hadron Collider, LHC). Dans le même temps, il enseigne la physique quantique et la physique des particules puis la philosophie des sciences à l'École Centrale de Paris. Pendant cette période, il publie également des chroniques mensuelles dans le magazine La Recherche.


De plus en plus engagé dans les questions relatives à la philosophie des sciences, ETIENNE KLEIN publie en 1991 un premier ouvrage consacré aux paradoxes en physique et intitulé Conversations avec le sphinx. Puis il entame une collaboration avec le physicien et philosophe Bernard d'Espagnat, qui aboutira, en 1993, à la publication d'un livre, Regards sur la matière, des quanta et des choses, portant sur les différentes interprétations de la physique quantique. S'ensuivront d'autres travaux menés en collaboration avec d'autres physiciens ou philosophes, tels Michel Serres, Michel Spiro, Pierre Léna, Jean-Michel Besnier, Marc Lachièze-Rey, Heinz Wismann, Gilles Cohen-Tannoudji ou encore Jean-Jacques Szczeciniarz.

En 1999, il obtient, sous la direction de Dominique Lecourt, un doctorat en philosophie des sciences, dont le mémoire sera publié sous le titre L'unité de la physique.

En 2006, ETIENNE KLEIN obtient sous la direction de Jean-Jacques Szczeciniarz une habilitation à diriger des recherches (HDR), dont le mémoire remanié sera publié sous le titre Le facteur temps ne sonne jamais deux fois.

En 2007, il fonde et dirige le Laboratoire de recherche sur les sciences de la matière (LARSIM), abrité au sein de l'Institut de recherche sur les lois fondamentales de l'univers (IRFU) du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) à Saclay. Composé de physiciens et de philosophes, on y étudie les fondements de la physique, les implications philosophiques des découvertes des physiciens (notamment en physique quantique, en cosmologie et en physique des particules), ainsi que l'évolution des rapports entre la science et la société et les questions éthiques soulevées par l'avancée des sciences et des technologies.

Depuis 1991, Étienne Klein écrit des ouvrages, essentiellement autour de l'idée que la physique, peut obliger à s'écarter des pensées les plus ordinaires, produisant parfois des résultats qui correspondent à ce que Maurice Merleau-Ponty appelait des découvertes philosophiques négatives, au sens où ils modifient les termes en lesquels certaines questions philosophiques se posent.

Étienne Klein a ainsi consacré plusieurs essais à la question du temps en physique, notamment Les Tactiques de Chronos et Le Facteur temps ne sonne jamais deux fois. Il y démontre en particulier que les formalismes de la physique obligent à faire la distinction entre le temps et le devenir, plus exactement entre le cours du temps et la flèche du temps.

Dans son livre Discours sur l'origine de l'univers, il explique ce par quoi les progrès de la cosmologie contemporaine invitent à modifier notre façon de parler du big bang.

D'autres ouvrages d'Étienne Klein s'intéressent aux interprétations de la physique quantique et aux grandes questions soulevées par les avancées de la physique contemporaine.

Par ses livres et ses conférences, ETIENNE KLEIN présente à un public averti mais également plus large différents aspects de la physique quantique, les grands enjeux de la recherche contemporaine (matière et énergie noires), ainsi que l'histoire de sa discipline, en s'attachant plus particulièrement à quelques personnalités majeures. Il a notamment consacré un ouvrage à Albert Einstein et un autre au physicien italien Ettore Majorana, ainsi qu'un film sur la vie et l'œuvre de ce dernier (avec le réalisateur Camille Guichard), intitulé Le mystère Ettore Majorana, un physicien absolu.

Avec le pianiste Jacques Perry-Salkow, il a publié un livre d'anagrammes (Anagrammes renversantes, ou le sens caché du monde).

ETIENNE KLEIN collabore régulièrement à des revues ou magazines tels que Pour la science, Études, Philosophie Magazine ou Le Point.


Étienne Klein est membre du Conseil scientifique de l’Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) de 2013 à 2016.

De 2007 à 2013, il fait partie du Conseil d'analyse de la société présidé par Luc Ferry.

En 2013, ETIENNE KLEIN est élu membre de l'Académie des technologies. En 2016, avec le sociologue Gérald Bronner, il a mené pour cette institution une étude sur la perception des risques.

Il est aussi membre du conseil d’orientation de l’Institut Diderot.

Depuis janvier 2010, il est membre du Conseil Scientifique d'Universcience. Avec Marc Lachièze-Rey et Roland Lehoucq, il a conçu pour cet établissement l'exposition permanente Le Grand Récit de L'Univers dont il a co-dirigé l'ouvrage de présentation.

Depuis 2010, Étienne Klein préside chaque année le jury des prix Diderot, remis par l'AMCSTI.

De septembre 2012 jusqu'en mars 2014, ETIENNE KLEIN a animé tous les jeudis matin une chronique sur France Culture, Le Monde selon Étienne Klein. Depuis septembre 2014, il anime sur cette même chaîne l'émission La Conversation scientifique, diffusée hebdomadairement le samedi de 18 à 19 h en 2014-2015 puis de 14 à 15 h toujours le samedi depuis 2015.