JEAN LOUIS LEVET est un économiste. Il a été nommé par le Gouvernement, en mai 2013, Haut Responsable à la coopération industrielle et technologique franco-algérienne, après avoir été conseiller auprès du Commissaire général à l'investissement Louis Gallois Commissaire général à l'investissement, Louis Gallois.

Titulaire d'un DESS de planification, JEAN LOUIS LEVET obtient un doctorat de troisième cycle ès sciences économiques, puis un doctorat d'État ès sciences économiques. Il est lauréat de la Faculté de droit et de sciences économiques de Montpellier. Ses travaux portent principalement sur l'économie industrielle et les politiques publiques en faveur du développement du système productif.

JEAN LOUIS LEVET devient chargé de mission, puis chef de la division « productique et automatisation de la production » à la direction générale du ministère de l'Industrie (1982-1988) où il a la responsabilité de multiples dossiers industriels dans l'industrie des machines, contribue à la définition et à la mise en place du programme national Productique destiné à favoriser la performance des entreprises de biens d'équipement, participe à la mise en œuvre du programme européen Eureka à l'initiative de la France. Il devient ensuite conseiller spécial pour les affaires économiques de Christian Pierret, président de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations (1988-1990), puis directeur de la stratégie de la Société financière de participation industrielle en participant à la transformation de cette société en un groupe industriel et directeur général d'Expansion partenaires (1990-1991).

Chargé de mission pour les questions industrielles au cabinet d'Édith Cresson, Premier ministre (1991-1992), JEAN LOUIS LEVET a en particulier la responsabilité de l'élaboration d'une des priorités du Premier ministre, un plan en faveur du développement des PMI qui sera mis en œuvre fin 1991. Il rejoint ensuite le Commissariat général du Plan comme chef du service du développement technologique et industriel (mai 1992-juin 2001); il promeut plusieurs axes d'études avec des groupes de travail correspondants réunissant l'ensemble des acteurs économiques, sociaux et territoriaux concernés (dont il assurera pour la plupart la fonction de rapporteur général) autour des questions de politique industrielle et de politique de la concurrence au niveau européen, de compétitivité des entreprises françaises, d'intelligence économique, des politiques en faveur du développement territorial, de la maîtrise des centres de décision économiques français (la question de la nationalité de l'entreprise).

JEAN LOUIS LEVET est nommé en juin 2001 Rapporteur général de la Commission nationale des aides publiques aux entreprises présidée par le Ministre de l'Économie et des Finances (juin 2001-décembre 2002 qu'il s'agit de mettre en place au niveau national et dans chaque région; l'objectif en particulier, en concertation avec les ministères concernés, les régions et les partenaires sociaux, est d'évaluer le système français d'aides aux entreprises: pour la première fois une analyse globale de ce système sera réalisée et fera l'objet d'un rapport publié à la documentation française. Il constituera par la suite une référence pour les actions publiques menées pour faire évoluer ce système.

Chef du service des entreprises et du développement des activités économiques du Commissariat général du Plan (juin-octobre 2003) qu'il constitue, JEAN LOUIS LEVET est ensuite chargé de mission auprès d'Alain Etchegoyen, Commissaire général au Plan, pour les questions industrielles et européennes (octobre 2003-mars 2006). Il réalisera en particulier une mission sur la question des délocalisations de sites de production dont le rapport contribuera à alimenter le débat public et l'action des acteurs publics dans ce domaine. Après avoir eu en charge le pôle "Politique industrielle, concurrence et entreprises au Plan" de mars à octobre 2006.