Passionné par l'économie, JEAN YVES ARCHER a un cursus marqué par trois temps forts : l'Université de la Sorbonne ( Paris 1 ) où il a pu rencontrer des personnalités comme Christian de Boissieu et surtout le Doyen Henri Bartoli.
Deuxième temps fort : sa scolarité à Sciences-Po où il a eu le privilège de travailler sous l'égide du Professeur Raymond Barre.
Troisième temps fort : sa scolarité à l'Ecole Nationale d'Administration ( Promotion Léonard de Vinci, 1983-1985 ) où il fût sous les ordres de l'ancien ministre Charles Josselin. ( stage à Saint-Brieuc ).

Suite à un fort questionnement intérieur, il choisit de quitter la Fonction publique dès sa sortie de l'ENA et rejoint le groupe de distribution Euromarché qui est en passe de fusionner avec Carrefour. Il travaille alors avec Gérard Seul ( " son deuxième père " ) et Antoine Bernheim ( Banque Lazard ).

Attaché au terrain, JEAN YVES ARCHER rejoint deux cabinets de conseil ( Cort, filiale de Stéria et Charles Riley ) avant de travailler, en Direction Générale, pour le compte des Transports Edouard Dubois ( devenu ABX Logistics ).
Après sept ans de salariat, il fonde CLUNY FINANCE une petite société d'évaluation et de rapprochement d'entreprises dont le Préfet de Région honoraire Claudius Brosse accepta d'être un des administrateurs.
Sur la recommandation d'Edouard Salustro, il passe le concours de commissaire aux comptes et exerce cette profession pendant onze ans jusqu'en 2011.

A compter de 2012, sur la recommandation de relations amicales et professionnelles, il rejoint l'univers des économistes en choisissant de demeurer indépendant.
Depuis le 8 Février 2012, JEAN YVES ARCHER a publié plus de 580 articles et dossiers essentiellement pour " Le Cercle Les Echos ", " JOL ", " EconomieMatin ", " Atlantico " et plus récemment " Le Figaro.fr".

Très attaché à ses racines issues de la Bourgogne et du Morvan, JEAN YVES ARCHER est un des petit-fils de Joseph Archer, ingénieur et ancien député.
Un de ses meilleurs souvenirs de la vie est d'avoir été durant 13 années Directeur d'un cours-séminaire à Sciences-Po et d'avoir ainsi pu contribuer à la formation de près de 400 personnes.

Désormais, face à la violence des crises économiques qui se succèdent, il est persuadé du bien-fondé de cette proclamation : " Pour le véritable économiste, la société est un être vivant dont l'existence se manifeste par le concert de l'intime solidarité de tous ses membres " Proudhon, in Les contradictions économiques.

Il a découvert que feu son professeur des années 80 Raymond Barre avait raison sur un point : la supériorité de l'économie politique sur les sciences économiques et sociales stricto sensu.


Exemples de Thèmes possibles d'intervention  :

Economie et management :  gestion, audit, motivation des équipes.

Economie et progrès :  progrès social, progrès technique et innovation.

Economie et finances publiques : gestion publique, dette publique.

Sciences politiques : pratique constitutionnelle et évolutions sociétales.

Economie bancaire : conjoncture et risques systémiques. Compliance.