Championne de Tennis et Vainqueur de Wimbledon.

MARION BARTOLI est disponible pour des conférences et notamment pour les sujets ci dessous :
Dépassement de soi
Persévérance
Maîtrise et gestion du stress
Amélioration de la performance
Savoir travailler en équipe


Née le 2 octobre 1984 au Puy-en-Velay (Haute-Loire), MARION BARTOLI est une ancienne joueuse de tennis française, professionnelle de février 2000 à août 2013.

Finaliste en simple à Wimbledon en juillet 2007, elle accède pour la première fois au top 10 mondial du classement WTA de la même année, puis, le 10 septembre, devient numéro un française (prédominance que seules Alizé Cornet et Aravane Rezaï sont parvenues à lui contester par intermittence depuis cette date). Le 30 janvier 2012, elle se hisse au 7e rang mondial, son meilleur classement.

Le 6 juillet 2013, pour sa deuxième finale en Grand Chelem, MARION BARTOLI remporte Wimbledon face à l'Allemande Sabine Lisicki et devient l'une des trois seules Françaises de l'ère Open - avec Mary Pierce et Amélie Mauresmo - à avoir gagné au moins un titre en Grand Chelem et à avoir atteint les quarts de finale en simple dans les quatre tournois du Grand Chelem.

Marion Bartoli a remporté 8 titres en simple sur un total de 19 finales jouées sur le circuit WTA. Elle a également gagné 3 titres WTA en double sur les 7 finales qu'elle a atteintes.

MARION BARTOLI est sacrée le 25 décembre 2013 « Champions des champions France » par l’Équipe.

L'influence positive de l’entourage, la complémentarité des efforts, la pertinence d’un cadrage collectif. Quelle leçon d’humilité et de sens communautaire, pour tous ceux qui cherchent à suivre la route du team-building.

Les grands champions mettent toujours en avant l’importance du collectif. Dans les sports d’équipe, ceci n’est guère surprenant. Mais, cette insistance sur le travail du groupe existe aussi dans les sports individuels.  Ainsi, Rafael Nadal n'a-t-il pas déclaré : « Quel que soit votre dévouement personnel, vous ne gagnez jamais seul ». De fait, en arrière plan de toute victoire, se trouve un réseau d’intelligence et d’efficacité qui la rend possible et qui la valorise. Nadal, Federer ou Djokovic se déplacent en permanence avec une dizaine de personnes (entraîneur, préparateur physique, nutritionniste, cordeur, agent, attaché de presse, etc.). Les sportifs de haut niveau savent parfaitement combien cet entourage est indispensable à leur réussite.

Les champions ont beaucoup à nous apprendre sur de multiples sujets. Comment atteindre des niveaux élevés d’engagement dans le travail ? Comment repousser ses limites ? Comment dépasser l’opposition entre réussite individuelle et performance collective ? Comment se situer dans un rapport dynamique aux inévitables échecs ? Comment tirer de bonnes leçons de ses erreurs et anticiper les difficultés à venir ? Comment parvenir à un contrôle émotionnel permettant de maîtriser son stress ?

Les professionnels du sport sont confrontés à ces questions depuis leur plus jeune âge, et ils ont trouvé des solutions. Leur vision est souvent remplie de sagesse. Comme lorsque Wilander explique : « Dans la vie, il y a les winners et les losers. Un loser est reconnaissable au fait qu’il espère qu’une victoire changera toute son existence. Et il finit non seulement par avoir peur de perdre mais, pire encore, de gagner ». Ou encore, lorsque le tennisman suisse Stanislas Wawrinka laisse entrevoir le chemin qui l’a mené jusqu’à la victoire, à travers un tatouage sur son avant-bras : « Échouer mieux » !

Le sport de haut niveau est orienté vers la réalisation des « hyperformances » c’est-à-dire des prouesses hors du commun, frappant les esprits de façon durable : de la perfection de la gymnaste Nadia Comãneci aux JO de Montréal, au nouveau record du monde établi par le perchiste Renaud Lavillenie. Or, il est crucial pour les managers comme pour les éducateurs de trouver des leviers permettant d’optimiser les performances.

D’où l’intérêt d’observer ce qui se passe dans le sport de haut niveau, et d’analyser ce que les professionnels du sport nous enseignent. Nous possédons tous des réserves latentes d’énergie, d’enthousiasme et d’efficacité, qui ne demandent qu’à s’exprimer et qu’il faut apprendre à libérer. A cet égard, ce qui se déroule sur les terrains de sport est non seulement distrayant, mais instructif : un vrai laboratoire à ciel ouvert.

 

*****

 

MARION BARTOLI is a French former professional tennis player. She won the 2013 Wimbledon Championships singles title after previously being runner-up in 2007, and was a semifinalist at the 2011 French Open. She also won eight Women's Tennis Association singles titles and three doubles titles. She announced her immediate retirement from professional tennis on 14 August 2013.

MARION BARTOLI defeated three reigning world no. 1 players in her career: Justine Henin in the semifinal of the 2007 Wimbledon Championships, Jelena Janković in the fourth round of the 2009 Australian Open, and Victoria Azarenka in the quarterfinals of the 2012 Sony Ericsson Open. She also recorded wins over other top players such as Venus and Serena Williams, Ana Ivanovic, Lindsay Davenport, Arantxa Sánchez Vicario, Dinara Safina, Caroline Wozniacki, Petra Kvitová, Samantha Stosur, and Kim Clijsters.

MARION BARTOLI was known for her unorthodox style of play using two hands on both her forehand and backhand. On 30 January 2012 she reached a career high ranking of no. 7 in the world; she returned to this ranking on 8 July 2013 after triumphing at Wimbledon. Bartoli reached at least the quarter-final stage at each of the four Grand Slams. Her win at Wimbledon made her only the sixth player in the open era to win the Championships without dropping a single set. She is also the only player ever to have played at both the WTA Tour Championships and the WTA Tournament of Champions in the same year, in 2011