Directeur exécutif de la société TéléMedAction depuis 2012

Médecin, Néphrologue, Membre fondateur (2006) et Président de la Société Française de Télémédecine (2010-15).
PIERRE SIMON a été en 2001 le promoteur de la première application de la télémédecine au traitement par dialyse (télé dialyse). Nommé Conseiller Général des Etablissements de Santé par arrêté de Madame la Ministre de la Santé en date du 11 septembre 2007, il est co-auteur de plusieurs rapports ministériels dont « La place de la télémédecine dans l’organisation des soins » (novembre 2008) avec Dominique Acker, ce dernier rapport ayant contribué à définir la télémédecine clinique dans la loi HPST du 21 juillet 2009 et à écrire le décret de télémédecine du 19 octobre 2010.
PIERRE SIMON accompagne actuellement quelques gouvernements (Colombie, Côte d’Ivoire, Maroc) sur leur programme national de télémédecine.
Ses thématiques de conférence sont diverses, mais ont toutes comme fondement la transformation des systèmes de santé.  Elles concernent à la fois les aspects organisationnels de la santé connectée et de la télémédecine, et les aspects juridiques (responsabilité) tant pour les professionnels de santé que pour les entreprises du numérique en santé.

➢ Expérience professionnelle
PIERRE SIMON est membre fondateur et premier président de l’Association Nationale de télémédecine (2006-2007) devenue en 2013 Société Française de Télémédecine (SFT-ANTEL). Il exerce le mandat de Past-Président depuis le 1er novembre 2015, poste dédié aux actions internationales de la SFT-ANTEL. Il a été en 2001 le promoteur de la première application française de la télémédecine au traitement par dialyse (télé dialyse).
• Nommé Conseiller Général des Etablissements de Santé par arrêté de Madame la Ministre de la Santé en date du 11 septembre 2007, il est co-auteur de plusieurs rapports ministériels : « La place de la télémédecine dans l’organisation des soins » (2008), « la régulation des plates formes 15 – 18 » (2007), « le financement des internes » (2009), « la prise en charge des personnes âgées aux urgences » (2009).
• Il a antérieurement exercé la médecine hospitalière pendant 42 ans, comme externe (1965-69), interne (1970-73) et assistant des hôpitaux (1973-75), puis comme chef d’un service de néphrologie et de dialyse (1975-2007). Passionné de recherche clinique, il a plus de 200 publications à son actif dans des revues scientifiques nationales et internationales à comités de lecture. Il est également l’auteur de trois livres consacrés à la dialyse (Masson 1996, réédité en 1999), à l’insuffisance rénale chronique, prévention et traitement (Masson 2007) et à la télémédecine (Enjeux et pratiques, Ed. Le Coudrier octobre 2015). Il est membre actif de plusieurs sociétés savantes françaises et étrangères.
PIERRE SIMON a été Président de Commission Médicale d’Etablissement de 2000 à 2007 et président d’une conférence régionale des présidents de CME et membre de la conférence nationale des présidents de CME de 2004 à 2007. Il a été Conseiller ordinal dans le CDOM des Côtes d’Armor (1992-2007) et de nouveau conseiller depuis juillet 2015.
• Il a été très impliqué dans la formation médicale continue de 1985 à 2007, Il a fait partie du Comité scientifique de la FMC d’un grand quotidien médical (Le Quotidien du médecin) dans lequel il a réalisé plus de 200 articles de FMC. Il a contribué à la création de plusieurs DU de télémédecine et e-santé (DIU de la SFT-Antel, DU Université Diderot, Paris).


Il a également réalisé plusieurs missions d’appui et de conseil auprès d’établissements publics de santé en difficultés financières ou de management, ainsi qu’auprès de plusieurs SAMU. Enfin, il a fait parti du Dispositif des réformes hospitalières piloté par la DHOS.
• Depuis janvier 2010, il développe une expertise en télémédecine au sein du Cabinet Conseil Aymara (2010-12), puis au sein de la Société Conseil TéléMedAction qu’il a créé en juillet 2012. Il a accompagné plusieurs projets de télémédecine en Martinique (télé dialyse à l’ATIR), à la Réunion (télé dialyse à l’AURAR), à St Pierre et Miquelon (télé-dialyse et télé-expertise entre le CH F. Dunan et la Métropole), en Vendée (projet TELEMEDINOV dans les EHPAD), en Côte d’Ivoire (élaboration de textes réglementaires pour le Plan national de Télémédecine) et en Colombie (accompagnement du programme national de télémédecine). Il assure depuis 2010 plusieurs formations professionnelles à la télémédecine au sein de plusieurs organismes (Comundi, Aymara, Entreprise médicale, ANFH, SFT-Antel) .Il réalise une mission depuis avril 2016 pour la Fédération Hospitalières de France (FHF) sur le développement de la télémédecine pour structurer les Groupements Hospitaliers de Territoire créés par la loi de Modernisation de la Santé du 26 janvier 2016.


➢ Diplômes universitaires

• DESS Droit médical et éthique (1999-2002)
• DU de responsabilité médicale (1998)
• DES de néphrologie et d’anesthésie/réanimation (1974-75)

• Doctorat en médecine (1970), Concours hospitaliers Externat (1965-69), Internat (1969-73), Assistanat (1973-75) des hôpitaux.
➢ Domaines de compétences et champs d’intervention
 

• Sa pratique de la télémédecine depuis près de quinze ans et sa connaissance approfondie des expériences pilotes françaises et étrangères lui confèrent une compétence reconnue par les organismes professionnels et les Pouvoirs publics.
• Son implication forte dans la gouvernance hospitalière et son engagement dans les réformes sanitaires depuis plusieurs années, tant au niveau du territoire de santé, qu’au niveau régional ou national, lui ont permis d’acquérir une solide expérience dans les organisations sanitaires, notamment sur les filières de soins au sein des territoires de santé.
• Référent en épidémiologie descriptive des maladies rénales pour la France de 1980 à 2000, il a contribué au développement de la recherche clinique en néphrologie.
• Responsable pendant 10 ans (1996-2007) d’un réseau de santé pour la prévention des maladies vasculaires chroniques, il a pu élargir son champ de compétence en santé publique et mieux appréhender les enjeux d’un parcours de soins coordonné ville-hôpital.
• Sa formation juridique en droit de la santé, notamment dans le champ de la responsabilité médicale et de l’éthique, lui permet de mieux appréhender les évolutions actuelles de l’organisation des soins et des nouvelles pratiques professionnelles.