XAVIER FONTANET est un chef d'entreprise français. Il est l'un des cinq enfants de Joseph Fontanet (1921-1980), ancien ministre et secrétaire général du Mouvement républicain populaire. Il est membre du conseil d'administration du Groupe L'OREAL et de SCHNEIDER ELECTRIC.

Après des études au lycée Saint-Louis-de-Gonzague et une classe préparatoire au lycée privé Sainte-Geneviève, XAVIER FONTANET intègre l'École nationale des ponts et chaussées, son diplôme d'ingénieur obtenu, il suit un Master of Science in Management au MIT à Boston. Il débute sa carrière au Boston Consulting Group (1974-1981) avant d'occuper le poste de directeur général chez Bénéteau (1981-1986) puis directeur central de la restauration et directeur général d'Eurest à la Compagnie des wagons-lits.

En 1991, XAVIER FONTANET est nommé directeur général du groupe ESSILOR, puis PDG de 1996 à 2010. C'est Hubert Sagnières qui prend sa succession à la direction générale du groupe. Xavier Fontanet quitte la présidence du conseil d'administration en 2012, au profit du même, qui cumule les deux fonctions.

Il est également président du comité d’éthique du MEDEF.

En 2007, XAVIER FONTANET contribue à la Commission pour la libération de la croissance française, dite commission Attali.

En octobre 2010, il publie "Si on faisait confiance aux entrepreneurs - L'entreprise française et la mondialisation

Citation  :  " L'Etat est devenu un jockey obèse qui épuise son cheval et l'engueule, sans comprendre que c'est lui qui est obèse ! "

Différentes conférences possibles  :

POURQUOI PAS NOUS  ? 

SI ON FAISAIT CONFIANCE AUX ENTREPRENEURS


" La sortie de crise est possible. Suivons les exemples de l'Allemagne, du Canada et de la Nouvelle Zélande"

Peu de pays comme la France ont une telle influence dans le monde. Bon nombre de nos grands groupes se retrouvent en tete des classements mondiaux, nos chercheurs sont courtisés, la French Touch est prébiscitée et nos intellectuels et économistes sont meme nobélisés.

Pourtant, les entreprises sont mal vues, la France broie du noir et redoute une mondialisation perçue comme un danger et non pas comme une opportunité. L'absence de courage politique a rendu l'Etat obèse, impécunieux et surendetté. L'hypertrophie de la sphère publique en viendrait à décourager l'entrepreneuriat et la création d'emploi.

Aucun redressement n'est possible en pénalisant les entrepreneurs. En prenant les exemples suédois, néo zélandais, canadiens ou allemands, XAVIER FONTANET dresse un futur possible pour cette France déprimée.